GAEC Maison Fusillet

Henry, Evelyne et Sylvain Fusillet

Vin du Bugey

04-79-81-03-14 / 06-14-66-34-78


151 chemin de Sur Melon
01300 Belley

E-mail : maison.fusillet@free.fr

Petite Histoire

Au GAEC Fusillet un jour vous viendrez
Ou à Bugey Côté Fermes, vous vous arrêterez
Nos vins rouges, blancs ou pétillants vous goûterez
Et quelques bouteilles emporterez
Qu’avec plaisir, toujours, vous dégusterez!

Le GAEC Fusillet est situé sur les hauteurs de la ville Belley, au lieu-dit « Sur melon » où nous exerçons notre métier de VIGNERONS depuis cinq générations.
À partir des 6 cépages de notre vignoble réparti sur 10 hectares : Pinot gris, Chardonnay, Roussette (pour les blancs), et Gamay, Pinot, Mondeuse (pour les rouges), nous élaborons notre gamme de 14 vins typiques du Bugey qui ont chacun leurs caractéristiques.

C’est notre ancêtre, Anthelme BRUNET, qui a construit, lors de ses permissions pendant la guerre de 14-18, la maison d’habitation actuelle. Sa fille, Eugénie, épousa Joseph Marius FUSILLET qui vint habiter chez son épouse - ce qui n’était pas courant à l’époque. Leur fils, Anthelme FUSILLET (mon père) continua à cultiver les 3 hectares de vignes dont il avait hérité. Pour le reste, la famille vivait de la polyculture (notamment du blé) et possédait un beau troupeau de 26 vaches à lait et quelques poules. À ce moment-là, le vin était vendu en vrac (au litre), aux particuliers ou à un négociant.

Lorsque ce fut notre tour de prendre le relais, ma femme Evelyne et moi-même, Henry Joseph FUSILLET, avons préféré nous séparer des vaches pour nous consacrer à la vigne et faire de la vente en bouteilles aux particuliers. Jusqu’en 1994, mon épouse a continué à travailler dans sa propre exploitation où elle cultivait céréales et asperges. En dix ans, la surface des vignes est passée de 3 à 10 ha et en 1993, nous avons créé l’EARL « Syrylyne » qui deviendra plus tard le GAEC Fusillet. Après son BTS en viticulture et œnologie, notre fils Sylvain FUSILLET a choisi de continuer le métier avec un statut de salarié.

Les 4 cuvées spéciales GAEC Fusillet

Les rouges

« spécialité de la maison » qui assemble les 3 cépages : Gamay, Pinot et Mondeuse, un vin rond pour accompagner viandes et fromages
Elevé en fûts de chêne, vin de garde idéal avec un civet de gibier ou du fromage

Les blancs

Fruité, rond, une bonne longueur en bouche, très apprécié à l’apéritif, avec le poisson, les viandes blanches (poulet à la crème), les fromages de chèvres ou de brebis
Aromatique et agréable, à servir en apéritif ou avec des escargots

Les 10 autres produits GAEC Fusillet

Les Pétillants

idéal pour les apéritifs festifs, servi en kir ou nature
surnommé « le rosé qui pétille », il se boit également en apéritif et accompagne parfaitement les desserts

Les Blancs

sec, parfum agrumes et minéral en bouche, accompagne à merveille les fritures, poissons ou la charcuterie
puissant, largement épicé, à déguster avec les terrines, le poulet à la crème, les fromages plutôt secs
fin, léger, le consommer de préférence avec les fondues, raclettes et les poissons d’eau douce
légèrement moelleux, on le sert avec le foie gras ou les desserts

Les Rouges du Bugey

gouleyant, accompagne les charcuteries et barbecues
charpenté, idéal avec une viande rouge et le fromage
tannique, ce vin mérite de vieillir avant de le déguster avec gibier ou fromage.

Le Rosé

Vin à boire entre amis, idéal pour agrémenter les salades, barbecues et repas d’été.

Conditions de culture

Nous pratiquons une culture raisonnée, ce qui nous permet de rester maîtres de nos décisions en matière de traitement de notre vignoble.
Les vignes sont palissées (c’est-à-dire plantées sur des piquets et attachées avec du fil de fer sur une hauteur de 1,60 m), enherbées et désherbées sous le rang : à terme, l’intégralité du vignoble sera enherbé pour éviter l’utilisation de désherbants.

Contrairement à ce que l’on pense parfois, la vigne se travaille toute l’année

La taille Guyot (taille longue), de novembre à janvier :
Pratiquée sur l’ensemble du vignoble est une obligation du cahier des charges de l’AOC. Elle préserve la qualité des cépages. La « baguette » (branche de vigne qui subsiste après la taille) varie : pour les blancs, entre 7 et 12 yeux et pour les rouges, entre 6 et 8.
Le pliage, de février à mars :
Il consiste à plier la baguette à l’horizontale sur un fil porteur pour étaler la vigne et obtenir ainsi une bonne aération des raisins.
Le mondage ou épamprage :
Il est pratiqué deux ou trois fois, d’avril à juillet : on enlève les « entre-coeurs » (pousses inutiles) au pied des ceps et les doubles bourgeons. L’opération, uniquement manuelle, permet également une bonne aération des raisins pour une qualité optimale de la vendange.
Le palissage :
(relevage mécanique des cépages à ports retombants) Il est fait simultanément, deux fois de suite également, entre fin avril et début juin, avec un double objectif : aérer la vigne et éviter les risques de propagation de maladies (les vignes ne doivent pas traîner à terre). Cette opération est également une obligation définie par l’AOC.

Selon les années, nous procédons à des opérations facultatives

• les vendanges en vert
• l’effeuillage, fait pendant le relevage, selon la météo : s’il fait très chaud, on conserve les feuilles, si le temps est très humide, on les enlève
• l’écimage, après le 2e relevage, permet de faire redescendre la sève dans les raisins qui vont grossir au profit des rameaux.

Les vendanges sont avec la taille le deuxième temps fort de la vie du GAEC Fusillet :

Mécaniques à 90% (sauf pour les tardives), elles se font entre le 25 août et le 15 octobre, selon la maturité du raisin. L’intégralité est vinifiée au GAEC Fusillet au fur et à mesure de la récolte, de façon traditionnelle et naturelle (peu de produits ajoutés : levure – pour la fermentation et la teneur en sucre/alcool –, et souffre – conservateur – obligatoire), avec un matériel constamment modernisé, dont un pressoir pneumatique. Le raisin blanc est pressé instantanément.

L’entretien du palissage jusqu’à début décembre :

Il termine le cycle avant la nouvelle taille.

Les traitements et la traçabilité

Nous faisons 6 traitements par an en moyenne, en fonction des années et de la météo : la pluie et l’humidité sont les plus gros facteurs de risques pour la vigne, heureusement surveillés par le Syndicat des Vins du Bugey dont la vigilance est permanente et qui nous alerte en cas de besoin. Ces traitements sont déclenchés à notre initiative dès les premiers signes de maladie (mildiou, oïdium, black rot…). Dans ce cas, et par précaution, l’intégralité du vignoble est traitée. Essentiellement préventifs, ils sont nettement moins dangereux pour l’environnement que les traitements curatifs, heureusement plus rares. Nous n’utilisons ni insecticides ni d’acaricides : le principe de vigne enherbée fait que l’écosystème (la faune et la flore) se régule de lui-même.
Pour répondre aux normes européennes, des analyses sont faites sur le vin lui-même notamment les teneurs en souffre. Elles peuvent être pratiquées par un laboratoire certifié, principalement au début des vendanges et ensuite une fois dans le mois.
Chacune de nos parcelles est référencée par cuve : nous disposons de 20 cuves (en inox, bois ou résine alimentaire), de 10 à 60 hectolitres. Les traitements appliqués à chaque parcelle sont également précisément notés.
À l’heure actuelle, le risque sanitaire avec le vin est pratiquement nul, sauf en cas de réaction allergique – rarissime – ou d’abus du produit... déconseillé par les producteurs !

Nos engagements

Ils se déclinent en trois axes :

  1. Le RESPECT de :
    - notre vigne et de chacune des opérations décrites précédemment
    - la faune et la flore, sans utilisation d’insecticide ni acaricide
    - notre métier de vigneron
  2. la QUALITÉ DE LA VENDANGE dont dépend une bonne vinification
  3. la SATISFACTION DE NOS CLIENTS, un objectif permanent pour nous.

GAEC Fusillet / Vins du Bugey